Pour assurer la stabilisation des finances de la compagnie nationale belge filiale du groupe allemand Lufthansa et soutenir son développement, Brussels Airlines avait annoncé le 24 juillet avoir conclu un accord avec le gouvernement fédéral belge et Lufthansa assorti d’une enveloppe de 460 millions d’euros. Après avoir reçu le 17 août dernier la validation du Fonds de stabilisation économique allemand (FSF), le plan de stabilisation de Brussels Airlines a été approuvé vendredi 21 par la Commission européenne.

A320 Brussels Airlines

L’enveloppe de stabilisation de 460 millions d’euros comprend 290 millions du gouvernement fédéral belge et 170 millions injectés par le groupe Lufthansa de manière à couvrir une partie des pertes subies par la compagnie belge depuis le début de la crise sanitaire et financer son plan de redressement visant à retrouver de la rentabilité.

« Avec cette nouvelle, nous concluons les trois piliers de notre survie et notre compétitivité structurelle. Nous sommes soulagés que l’exécution de la transaction financière puisse suivre. Nous nous concentrons désormais sur l’implémentation de notre plan de redressement Reboot Plus. Je tiens à remercier sincèrement toutes les parties concernées. » a commenté Dieter Vranckx, CEO de Brussels Airlines.

/// Signature de la charte AESA pour lutter contre les infections dans l’aérien

Pour renforcer, voire retrouver la confiance des voyageurs dans le transport aérien, l’un des secteurs les plus touchés par la pandémie du coronavirus, Brussels Airlines et les autres compagnies aériennes du Lufthansa Group viennent de signer la charte de l’Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) pour la sécurité de ses vols. 

Les compagnies du groupe Lufthansa se sont engagées à respecter les normes les plus strictes en matière de protection contre les infections pendant les voyages aériens. La charte de l’AESA établit des lignes directrices non contraignantes élaborées en coopération avec le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) et a pu définir des règles plus strictes et établir des normes uniformes.

Dans le cadre du processus de développement de la charte, le Lufthansa Group, en collaboration avec les associations industrielles International Air Transport Association (IATA) et Airlines for Europe (A4E), a partagé son expérience pratique et les dispositions déjà en place telles que l’obligation stricte du port du masque, le filtrage de l’air de la cabine, l’augmentation de la ventilation de l’avion au sol, le nettoyage approprié de la cabine, les mesures de protection personnelle, le travail vers un traçage numérique des contacts et les mesures d’éloignement physique au sol et pendant l’embarquement. 

« Dès la reprise de nos opérations aériennes le 15 juin dernier, nous avons immédiatement mis en place des mesures de sécurité supplémentaires au sol et à bord afin de garantir la sécurité sanitaire du voyage. En signant la charte de l’AESA, nous réaffirmons que nous sommes favorables à des normes très strictes dans l’aérien ». explique Dieter Vranckx.

Le groupe Lufthansa continue de suivre l’évolution des lignes directrices de l’AESA/CECPM, et maintient un dialogue sur le développement ultérieur des normes et fait pression pour que d’autres pays, compagnies aériennes et aéroports dans le monde adoptent ces nouveaux standards pour garantir aux voyageurs des normes les plus uniformes possibles.

Separateur fin article

visuels : JB.Rouer et Brussels Airlines

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *