Le constructeur français implanté à Belfort depuis 2017 Avions Mauboussin vient d’annoncer le développement de sa première gamme d’avions hybrides à hydrogène destinée à rendre la mobilité interurbaine plus propre.

L’industriel franc-comtois fait renaître la marque aéronautique mythique des années 30 créée par Pierre Mauboussin, avec deux ambitieux programmes d’appareils légers hybrides à hydrogène : Alérion M1h, un biplace léger et Alcyon M3c, un six places, qui devraient être commercialisés à partir de la fin 2024.

La future gamme hybride à hydrogène d’Avions Mauboussin doit pouvoir répondre aux enjeux de la mobilité interurbaine responsable et de l’accès à des zones aujourd’hui fermées aux avions classiques. L’objectif étant de pouvoir opérer au plus proche des zones urbaines depuis des infrastructures réduites en limitant les nuisances sonores et en réduisant l’impact environnemental.

/// Alérion M1h : avion biplace hybride STOL

Le premier-né de la gamme, conçu avec l’Université de Technologie de Belfort-Montbéliard (UTBM) et des industriels partenaires, est un biplace léger à ailes basses, de configuration tandem qui bénéficiera dans un premier temps d’une motorisation hybride (électrique/thermique) d’une puissance totale de 80 kW (environ 110 ch).

 

Destiné au marché des pilotes-propriétaires et de la mobilité à la demande, le petit appareil offrira des performances de décollage et atterrissage courts (STOL = Short Take-Off & Landing aircraft) en mode électrique alors que le vol en croisière à 250 km/h s’effectuera en propulsion thermique. L’Alérion M1h devrait disposer d’une autonomie de plusieurs centaines de kilomètres et devrait pouvoir relier Belfort à Toulouse en 2h30.

Dans un second temps l’Alérion M1h devrait embarquer une turbine alimentée à l’hydrogène pour alimenter le moteur électrique. Son premier vol d’essais (Maiden Flight) est envisagé pour 2022 en version hybride et pour 2024 en version hydrogène et sa commercialisation est prévue pour la fin 2024.

/// Alcyon M3c : avion régional à hydrogène de six places

Le développement du deuxième avion de la gamme s’appuiera sur l’expérience acquise avec l’Alérion M1h qui validera les technologies transférables à l’Alcyon M3c, un appareil régional à décollage et atterrissage courts qui pourra embarquer cinq passagers.

 

Comme son petit frère biplace, l’Alcyon M3c bénéficiera d’une motorisation hybride puis hydrogène mais offrira une vitesse de croisière de 370 km/h et une autonomie de 1500 km. Sa certification et sa commercialisation sont pour l’instant envisagées à l’horizon 2026.

Separateur fin article

visuels : Avions Mauboussin

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *