Moins d’un mois après avoir révélé un défaut sur le bec de bord d’attaque des ailes de certains 737 NG et MAX, la FAA, l’agence fédérale de l’aviation américaine, a publié mercredi 26 juin dans la soirée un communiqué de presse dans lequel elle fait part d’une nouvelle faille « potentielle » découverte sur le système MCAS lors des essais de ce dernier sur simulateur. Lors des tests sur simulateur de la version logiciel modifié du 737 MAX, les pilotes d’essais de la FAA auraient rencontré des difficultés pour reprendre le contrôle de l’avion après avoir activé le système anti-décrochage MCAS indique lemonde.fr citant sous couvert d’anonymat une source proche du dossier.

B737 MAX 9

La découverte de ce nouveau problème est de nature à retarder encore l’essai en vol de l’appareil modifié et sa re-certification. La défaillance de ce système critique est justement pointée du doigt par les experts et enquêteurs après le crash des 737 MAX de Lion Air en octobre 2018 et d’Ethiopian Airlines en mars dernier. Produit phare et véritable treuil pour la croissance de Boeing, le modèle 737 MAX est cloué au sol depuis la mi-mars et les livraisons sont à l’arrêt.

Dans son communiqué, la FAA explique ainsi avoir découvert un nouveau risque potentiel sur le système de contrôle automatique de l’assiette des 737 MAX, pourtant supposé sécuriser la conduite de l’avion dans certaine phase de vol et exhorte Boeing à réduire ce risque susceptible avant d’envisager le retour en vol des flottes de 737 MAX.

L’agence de régulation américaine de l’aérien insiste sur le fait qu’elle n’autorisera pas le retour en vol du 737 MAX tant que Boeing n’aura pas satisfait toutes les exigences qui permettent le retour en service de l’avion en toute sécurité. De son côté le constructeur américain a indiqué au régulateur des marchés américains qu’il travaillait sur le logiciel MCAS pour satisfaire la demande de la FAA.

/// Un retour en vol avant la fin 2019 ?

Initialement attendu dès cet été, le retour en vol potentiel du 737 MAX a ensuite été repoussé à l’automne 2019 mettant une nouvelle fois les clients du modèle dans l’embarra pour assurer leur programme de vols. Selon une source gouvernementale citée par l’AFP le vol test du 737 MAX pourrait ne pas avoir lieu avant le 8 juillet prochain dans le meilleur des cas, sachant que la FAA nécessite deux à trois semaines pour examiner les modifications logiciel. Devant les difficultés rencontrées par le constructeur américain depuis la mise en cause du MCAS pour sécuriser son système et convaincre les autorités aériennes, les opérateurs aériens et les syndicats de pilotes il paraît aujourd’hui difficile que l’avion ne décroche une nouvelle certification de la part des autorités aériennes avant l’automne, voir la fin de l’année.

Rappelons que Boeing a reconnu précédemment un défaut de conception du système MCAS, qui est suspecté d’être l’élément déclencheur du crash de deux appareils en octobre 2018 et mars 2019. Depuis le mois d’avril, le constructeur a dû revoir à la baisse la cadence de production de son best-seller et les avions assemblés en attente de livraison continuent de s’entasser sur les parkings, pénalisant aussi bien les opérateurs que les finances du constructeur.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

AAF /// END

visuels : AAF et Boeing



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *