Alors que vient de s’ouvrir devant la justice américaine le procès de Marc Forkner, un ancien pilote d’essai de Boeing 737 MAX inculpé pour « fraude » dans le processus de certification de l’avion, les familles de victimes du vol 302 d’Ethiopian, le deuxième crash mortel du Boeing 737 MAX, ont réagi à l’inculpation de l’ancien responsable de la sécurité de l’avionneur américain.

Elles affirment que la responsabilité va au-delà d’une seule personne. Ils implorent le ministère de la Justice d’aller plus loin dans son enquête criminelle et ses inculpations pour déterminer qui en était à la base.

La justice soupçonne Marc Forkner de fraude, après que ce dernier a fourni des informations incomplètes ou fausses à la FAA (Federal Aviation Administration), l’agence gouvernementale chargée des réglementations et des contrôles de l’aviation civile aux États-Unis. Sur la base des déclarations faites par lui-même et par la société, le procureur estime qu’il a trompé l’agence et qu’il a « fraudé » les clients.

L’ancien pilote en chef de la nouvelle version du monocouloir américain est inculpé par le ministère américain de la justice de six chefs d’accusation pour ses actions, notamment pour avoir menti pendant le processus de certification du nouvel avion. Il comparaît devant un tribunal du Texas depuis vendredi 15 octobre 2021.

Les deux crashs en 2018 en Indonésie (Lion Air 610) et en 2019 en Éthiopie (Ethiopian Airlines 302) ont coûté la vie à 346 personnes.

Responsabilité au-delà d’une personne

Les familles du crash d’Ethiopian en 2019, qui avait fait 157 victimes à bord, ont réagi avec vigueur à l’annonce de l’inculpation du pilote d’essai affirmant que le gouvernement américain n’est pas allé assez loin dans l’inculpation de Mark Forkner jeudi 14 octobre.  

« Forkner n’est qu’un bouc émissaire. Lui et Boeing sont responsables de la mort de toutes les personnes décédées dans les crashs des Max », a déclaré Nadia Milleron, mère de Samya Rose Stumo, tuée dans le deuxième crash en mars 2019. « Le système au sein de Boeing récompensait les gains financiers à court terme plutôt que la sécurité, et Mark Forkner opérait au sein de ce système. Les procureurs peuvent et devraient trouver pas mal d’autres personnes qui étaient également responsables de la cause des crashs. Chaque famille qui a perdu quelqu’un dans le crash du Max ressent la même chose : les dirigeants et le conseil d’administration de Boeing doivent aller en prison».

Pour Michael Stumo, le père de Samya Rose Stumo, « L’accord de poursuites différées de Boeing était en réalité un accord de ‘non poursuite’. Personne ne croit vraiment que Forkner était le seul acteur préjudiciable dans cette pression complexe pour les profits, et le mécanisme pour frauder la FAA », a déclaré Michael Stumo, père de Samya Rose Stumo.

Le crash du vol 302 de la compagnie Ethiopian s’est produit après le décollage en mars 2019, cinq mois après celui d’un autre 737 MAX, en octobre 2018, qui s’est abîmé en mer de Java après son décollage d’Indonésie, tuant ses 189 occupants.

/// Les pilotes du 737 MAX éthiopien ont initialement suivi la procédure pour désactiver le MCAS

« L’inculpation aujourd’hui de l’ancien pilote en chef de Boeing pour avoir trompé les autorités fédérales au sujet du 737 MAX est une manière de décharger l’entreprise », a déclaré Robert A. Clifford, fondateur et associé principal de Clifford Law Offices à Chicago et avocat principal dans le litige consolidé contre Boeing dans le crash d’un 737 MAX en Éthiopie en 2019. « La perte tragique de 157 vies aurait pu être évitée si Mark Forkner avait parlé, mais il n’a certainement pas agi seul.»

« Ce type inexcusable de cupidité d’entreprise va bien au-delà du chef pilote de la société qui a fabriqué ces avions de manière hasardeuse dans le but d’augmenter les profits », a déclaré Clifford. « En tant qu’avocat principal dans le litige contre Boeing (…) j’implore le ministère de la Justice d’aller plus loin dans son enquête criminelle et ses inculpations pour déterminer jusqu’où est allée la tromperie et qui était à la base de tout cela. Je pense qu’ils découvriront que de nombreux responsables ont participé à la dissimulation d’informations critiques à l’agence de certification. »

L’avocat de Chicago estime encore que les victimes sont parties parce que « Forkner faisait partie d’un plan visant à cacher la vérité à ceux qui avaient la capacité de rendre ces avions sûrs. Et quelle a été la première réaction de Boeing face à ces crashs, alors qu’elle savait qu’elle avait pris des raccourcis ? Les dirigeants de Boeing ont choisi de rejeter la faute sur les pilotes innocents qui n’étaient pas informés du nouveau système logiciel (NRLD : en référence au système MCAS) qui changeait complètement le comportement de l’avion, et que les manuels de formation des pilotes ne mentionnaient même pas.»

« Le public ne sait toujours pas si Boeing a changé ses habitudes et agi en toute transparence en autorisant cet appareil et les futurs avions à voler.» conclu M. Clifford.

/// 737 MAX : des pilotes Boeing auraient identifié un problème du MCAS en 2016

Jusqu’à 20 ans de prison pour l’ancien pilote

Dans son acte d’inculpation, le ministère de la Justice expliquait jeudi dernier que M. Forkner est accusé d’avoir trompé l’agence gouvernementale et « comploté pour frauder les compagnies aériennes américaines clientes de Boeing afin d’obtenir des dizaines de millions de dollars pour Boeing ». Les procureurs jugent que les informations fournies à la FAA concernant le logiciel MCAS (Maneuvering Characteristics Augmentation System) en charge de compenser automatiquement l’assiette dans certaines phases du vol étaient « matériellement fausses, inexactes et incomplètes » (…) « Dans le but d’économiser de l’argent à Boeing, Forkner aurait dissimulé des informations critiques aux régulateurs ».

Marc Forkner doit répondre de deux chefs d’accusation de fraude impliquant des pièces d’avion dans le commerce interétatique et de quatre chefs d’accusation de fraude électronique. L’accusation la plus grave est passible d’une peine de prison maximale de 20 ans.

Separateur fin article

/// Rapport 737 MAX Ethiopian : les pilotes dédouanés, le MCAS pointé du doigt

visuels : ACTU AERO et Boeing

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles



 
[ Voyages ✈︎ ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *