Après une grosse semaine de silence sur l’avancée des modifications logiciel du 737 MAX, le Président de Boeing Dennis Muilenburg a publié jeudi sur les réseaux sociaux une courte vidéo dans laquelle il explique le travail de ses équipes d’ingénieurs et l’avancée des tests visant à pallier aux défauts de la première version logiciel du MCAS, mise en cause et soupçonnée d’avoir causé deux crashs mortels en l’espace de six mois.

Depuis l’aéroport international du Comté de King à Seattle, surnommé « Boeing field », le Président du constructeur américain a une nouvelle fois pris officiellement la parole et s’est montré rassurant sur l’avancée du processus devant mener à la certification du système par les autorités compétentes. Cette étape cruciale pour l’avenir du programme 737 est préliminaire au retour de l’avion en service commercial, à la reprise des livraisons qui sont actuellement suspendues et à une remontée des cadences de production que le constructeur a ramené de 52 à 42 avions par mois début avril.

/// La certification se rapproche doucement

Ces dernières semaines, Boeing a réalisé 120 vols tests, soit plus de 203 heures de vol avec la nouvelle version du logiciel du système MCAS du B737 MAX.

« Nous progressons de manière régulière vers la certification ».

Le constructeur américain a notamment réalisé mercredi 17 avril le vol test officiel du nouveau logiciel sur le 737 MAX avec les pilotes d’essais et les ingénieurs de Boeing à son bord.

Il s’agit de la dernière étape avant le vol de certification du système qui pourrait donc intervenir sous peu. Jeudi 18 avril, le Président de Boeing a pris part à un nouveau vol test et a déclaré « Nous faisons des progrès constants vers la certification. J’ai pu constater que le logiciel, dans sa version finale, a fonctionné tel qu’il est conçu dans différentes conditions de vol. », avant d’ajouter en fin de vidéo que « le travail de nos équipes fera du 737 MAX l’un des avions les plus sûrs ayant volé ». Dans cette vidéo on apprend qu’à l’heure actuelle plus de 85% des 50 compagnies clientes du modèle 737 MAX ont déjà pu tester la nouvelle version logiciel sur simulateurs.

/// Retour en vol possible cet été

Néanmoins il ne faut pas encore forcément compter sur un retour en vol rapide des 371 exemplaires de 737 MAX déjà livrés car le chemin de la certification par les différents organismes dans le monde pourrait encore s’avérer semé d’embuche, car en plus de devoir convaincre la FAA, Boeing va aussi devoir montrer aux compagnies aériennes et aux autorités des autres pays que ses correctifs règlent définitivement le problème de sécurité de l’avion. A ce propos, plusieurs organismes de certification dont l’EASA (Europe) ont annoncé qu’ils auditionneraient eux même les améliorations apportées au système avant de délivrer un nouveau sésame au MAX sur leur territoire.

Boeing B737 MAX 9

Quoi qu’il en soit, le message de Boeing, contraste un peu avec des décisions prises par les plus gros utilisateurs américains du modèle qui, la semaine dernière, ont successivement reculé la date de reprise des vols en 737 MAX dans leur programme désormais arrêté au 5 août pour Southwest Airlines, le plus gros exploitant US de 737 MAX avec 35 avions en flotte, et jusqu’au 19 août pour American Airlines. Fin mars, des experts de l’aérien avaient évoqué un délai possible de trois à six mois pour modifier les avions déjà en service, former les pilotes et obtenir toutes les autorisations de vol préalables à la remise en service du Boeing 737 MAX. Si la mise à jour logiciel d’un appareil ne nécessite pas plus d’une à deux heures de temps, l’installation des alarmes visuelles dans les cockpits et une éventuelle formation obligatoire des pilotes prendront davantage de temps.

/// Faut-il changer le nom du programme MAX ?

/// Le Président Trump pense qu’il faut changer le nom du 737 MAX

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

Charger plus d'articles

AAF /// END

visuels : Boeing


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *