Ce mercredi 6 novembre, le BEA (Bureau d’enquête et d’Analyse français) a confirmé la découverte d’une pièce provenant du moteur de l’Airbus A220 de la compagnie aérienne SWISS HB-JCM qui a subi le 25 juillet 2019 lors d’un vol entre Geneve (Suisse) et Londres Heathrow (Royaume Unie) une défaillance du moteur n°1 en croisière alors qu’il survolait la Bourgogne, causant le déroutement de l’avion vers l’aéroport international Paris Charles-de-Gaulle (France).

Initialement prévue pour une durée de 3 jours, l’opération de recherche organisée pour la première fois par le BEA a mobilisé 40 agents du BEA, 85 agents de l’IGN et 65 volontaires pour ratisser 200 hectares de zone boisée sur les communes de Cry, Rougemont & Perrigny ,sous les directives des enquêteurs du BEA. En milieu de journée, le BEA & le NTSB, photos à l’appui, ont confirmé la découverte des premiers éléments provenants de pièces du réacteur Pratt & Whitney PW1524G endommagé.

 

Le 25 juillet 2019, à environ 13 h 05 heure locale, l’A220-300 effectuant le vol Swiss International LX348 a subi une panne sur le moteur Pratt & Whitney PW1524G gauche en montée vers niveau FL 320. Après l’arrêt du moteur par l’équipage et le déroutement de l’avion vers Paris Charles-de-Gaulle, un examen du moteur avait mis en évidence que le rotor de l’étage 1 du compresseur basse pression était manquant. Si aucun des passagers et des membres d’équipage n’a été blessé lors de cet incident qualifié de “grave” par les enquêteurs, le BEA a délégué l’enquête au NTSB, l’équivalent du BEA aux États-Unis, nation d’origine du motoriste Pratt & Whitney.

Rappelons que la flotte de 20 Airbus A220 de la compagnie aérienne suisse, filiale du groupe Lufthansa, a subi une immobilisation temporaire pour le contrôle des moteurs PW1500G de Pratt & Whitney après un nouvel incident intervenu au départ de Londres-Heathrow le 15 octobre dernier. Il s’agissait du troisième incident en quelques mois (juin, septembre, octobre) sur le même type de moteur qui équipe aussi les E-Jet 190/195-E2 du constructeur brésilien Embraer. En septembre la FAA avait promptement demandé l’inspection de ses même moteurs sur A220 et E2.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// ENDvisuels : G.Carré et BEA



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels faciles et rapides /// en bêta-test ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *