Le motoriste français inaugure ce mercredi 4 décembre 2019 sur la base aérienne 125 d’Istres (Bouches-du-Rhône) un centre de formation à la maintenance des moteurs M88 qui équipent les Rafale de l’avionneur Dassault Aviation. Parallèlement Safran et MTU Aero Engines se sont mis d’accord sur les détails de leur partenariat autour du moteur du SCAF, une étape majeure pour le développement du moteur qui équipera le futur avion de combat européen.

Les prévisions d’exploitation du Rafale et du M88 par l’Armée de l’Air Française et de la Marine Nationale vont au-delà de 2060 et la France se doit de développer ses capacités de support pour les 40 prochaines années.

 

L’ouverture d’un centre de formation d’une capacité d’une douzaine de stagiaires par session devrait créer des synergies pour offrir un soutien aux utilisateurs du moteur M88 en France et à l’export. Pour ce projet, Safran Aircraft Engines a bénéficié du soutien de l’État-Major de l’Armée de l’Air, de la DGA Essais en vol, de la Base Aérienne d’Istres, du Service d’Infrastructure de la Défense d’Istres et de Dassault Aviation qui est également implanté sur la base. Depuis la fin du mois d’octobre dernier, Safran Aircraft Engines accueille dans ce centre de formation 12 mécaniciens de l’Indian Air Force, qui a réceptionné ses premiers Rafale il y a quelques semaines, qui sont formés avec des outils pédagogiques interactifs tels que la réalité virtuelle ou la réalité augmentée.

/// Accord sur le moteur du futur avion de combat européen

Hier mardi 3 décembre, le programme SCAF (Système de Combat Aérien du Futur) qui implique l’Allemagne, la France et l’Espagne a franchi une étape majeure. Safran et MTU Aero Engines, le premier constructeur de moteurs d’avions en Allemagne, ont convergé sur les détails de leur partenariat d’égal à égal pour développer le moteur du futur avion de combat européen NGF (Next Generation Fighter).

 

L’accord industriel s’appuie sur les principes définis par la lettre d’intention (LOI) signée entre les deux sociétés en février 2019, qui précise que Safran en soit le maître d’oeuvre et MTU soit sous-traitant et leader pour les services. Les deux industriels ont aussi convenu de la création fin 2021 d’une société commune à 50/50 pour assurer les activités de développement, de certification, de production et de support après-vente du nouveau moteur. C’est Aerospace Embedded Solutions (AES) , société commune entre Safran Electronics and Defense and MTU Aero Engines, qui développera le calculateur et des logiciels de contrôle des moteurs sous la responsabilité de l’intégrateur moteur Safran Aircraft Engines.

Dans le cadre du schéma contractuel défini par la France et l’Allemagne, Safran Aircraft Engines sera le primo-contractant du projet et MTU Aero Engines le principal partenaire pour la première phase de Recherche & Technologie (Phase 1A) dont la notification des contrats devraient intervenir courant janvier. Rappelons que la maîtrise d’œuvre pour le développement d’un démonstrateur technologique est confié au français Dassault Aviation. Le programme SCAF vise d’attendre une capacité opérationnelle complète à l’horizon 2040.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// END

visuels : Airwolfhound sous (CC BY-SA 2.0), Safran et V.Massé



 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *