La France dévoilait ce mardi matin un plan de soutien à l’industrie aérospatiale d’un montant de 15 milliards d’euros (16,9 milliards de dollars) d’aide, d’investissement, de prêts et de garanties a indiqué le ministre de l’Économie Bruno Le Maire, qui a déclaré en préambule « Nous décrétons donc l’Etat d’urgence pour sauver notre industrie aéronautique ».

Le montant de ce plan d’aides à la filière aéronautique durement touchée par la crise du Covid-19, comprend les aides pour la compagnie nationale Air France, annoncées précédemment à hauteur de 7 à 5 milliards d’euros.

Latécoère

/// Deux fonds pour l’investissement et la transformation numérique

Pour consolider la filière en soutenant  l’investissement et la transformation numérique, l’Etat français confirme la création de deux fonds, dont un en fonds propres.

Le premier, de 500 millions à 1 milliard d’euros pour accélérer la transformation numérique des sous-traitants de taille moyenne et 300 millions d’euros pour la robotisation des usines.

Un second fonds d’investissement, qui pourra atteindre 1,5 milliard d’euros sur trois ans, servira à soutenir la recherche et l’innovation en matière « d’aviation verte », avec pour objectif commun établi pour les groupes industriels tel que Airbus, Safran ou Thales de produire un avion hybride dès 2027 et l’avion zéro carbone à horizon 2035 au lieu de 2050, en s’appuyant notamment sur les motorisations nouvelle génération à très haut niveau de dilution, sur les carburants éco-responsables et les piles à combustible (utilisant l’hydrogène).

/// Garanties et commandes d’États

L’Etat fixe parallèlement des conditions en matière de préservation de l’emploi et l’objectif ambitieux en matière d’environnement pour la production d’un avion zéro carbone à horizon 2035 au lieu de 2050.

« C’est l’enjeu industriel des dix prochaines années et cela nécessite d’investir beaucoup maintenant pour être devant les Chinois, devant les Américains » explique Bruno Le Maire qui rappelle que la France est, avec les USA, le seul pays à produire à la fois des aéronefs civils, militaires et des hélicoptères. Une capacité stratégique que l’Etat entend bien préserver en avançant certaines commandes militaires (Gendarmerie et Sécurité Civile compris) pour le renouvellement de ses avions et hélicoptères à hauteur de 600 million d’euros.

Le futur hélicoptère interarmées léger « Guépard »

Le futur hélicoptère interarmées léger « Guépard »

On pensera en particulier aux futurs hélicoptères interarmées (ci-dessus) mais aussi à l’augmentation du volume de commandes pour l’Airbus A330 MRTT, le super avion ravitailleur multi rôle d’Airbus Defense And Space développé sur la base d’un A330ceo.

A330 MRTT Airbus

Enfin l’Etat va permettre aux compagnies aériennes de reporter de 6 mois à 18 mois le règlement des échéances de crédit à l’exportation liés au paiement des commandes d’avions pour permettre d’alléger le besoin en trésorerie et ainsi faciliter la reprise du secteur du transport aérien mondial.

Separateur fin article

visuels : Safran, LAtécoère, Airbus et AAF

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

Cyber monday


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *