Selon la presse américaine Boeing pourrait annoncer dès ce lundi 16 décembre ou demain, dès mesures de production concernant le programme Boeing 737 MAX qui pourrait se traduire par l’arrêt provisoire de la production dans l’attente d’un feu vert de la Federal Aviation Administration (FAA) pour la reprise des vols commerciaux. L’avionneur américain n’envisage pour l’instant pas de plan de licenciements selon le Wall Street Journal (WSJ).

 

Immobilisé depuis le mois de mars 2019 suite à deux accidents mortels en Indonésie et en Éthiopie ayant coûté la vie à 346 personnes, les 737 MAX ne seront pas autorisés à voler avant 2020 a confirmé la semaine dernière  la FAA. Dimanche dans un communiqué Boeing décarrait qu’il « continuera à évaluer les décisions de production en fonction du calendrier et des conditions de remise en service, qui sont basées sur les approbations réglementaires et qui peuvent varier selon la juridiction ».

Confrontée à des problèmes d’engorgement des zones de stockage et au risque que les commandes ne couvrent pas la production, la direction de Boeing considère désormais selon WSJ l’interruption de la production comme l’option la plus viable. Pour une source de l’agence Reuters cette solution radicale, bien qu’un peu tardive, est plus probable qu’une simple réduction de la production et un délai de quelques semaines sera nécessaire avant que la production puisse être arrêtée. Toujours selon le WSJ, aucun impact sur l’emploi ne devrait avoir lieu durant les vacances de fin d’année.

Boeing 737 MAX

/// Coup dur pour la filière aéronautique

En octobre Boeing s’attendait à ce que la FAA autorise la reprise des livraisons de 737 MAX en décembre mais l’agence américaine n’envisage aujourd’hui pas de remise en service avant février 2020 voir au delà. Les compagnies aériennes espèrent une reprise des vols commerciaux au mieux pour le printemps 2020 mais une fois le feu vert des autorités aériennes reçu pour la remise en service (certification), plusieurs semaines voir plusieurs mois seront encore nécessaires pour remettre en état de vol l’ensemble des appareils actuellement en stockage prolongé.

 

Rappelons que la société a déjà réduit la production du 737 MAX d’un cinquième en avril dernier obligeant ses fournisseurs à ajuster leurs propres plans de production. La fermeture temporaire de la chaîne d’assemblage de MAX à Renton, Washington, est une décision lourde de conséquences pour l’ensemble de la chaîne d’approvisionnement mondiale de Boeing qui compte encore 4500 exemplaires de MAX à produire inscrits au carnet de commande.

En plus de l’impact sur son image, le bilan comptable de crise du MAX est déjà très lourd pour Boeing qui a déjà pris une charge exceptionnelle de 4,9 milliards de dollars pour couvrir la hausse des coûts de production et près de 6,1 milliards de dollars pour l’indemnisation des clients. La compagnie low cost Southwest Airlines, qui compte 34 exemplaires de 737 MAX 8 cloués au sol et détient toujours des positions pour 272 autres appareils du même type et 30 MAX 7, a signé un accord à l’amiable confidentiel avec Boeing d’un montant d’environ 125 millions de dollars d’après The Washington Post. Le 23 octobre dernier l’avionneur publiait un bénéfice net pour le troisième trimestre 2019 divisé par deux à 1,17 milliard de dollars.

Fin octobre Boeing a malgrès tout présenté le premier exemplaire de 737 MAX 10, la plus grande variante de la famille MAX, dont le premier vol d’essais est attendu l’année prochaine, sans plus de précision.

—♦—

/// DERNIERS ARTICLES

⇒ CHARGER PLUS D'ARTICLES

AAF /// END

visuels : G.Février, R.Khanna-Prade, AAF et Boeing

Cyber monday


 
[ Nouveau ] Vos recherches de vols et d’hôtels à petits prix ! ⇓
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *